dimanche 24 juin 2012

LFE 900, 2008, COLCHAGUA, LUIS FELIPE EDWARDS




Luis Felipe Edwards est un producteur que j'apprécie par le biais de sa grande cuvée Dona Bernarda. Un vin qui se compare en termes qualitatif à bien des vins chiliens vendus plus du double de son prix. C'est donc avec intérêt que je goûte pour la première fois la cuvée LFE 900 de ce producteur. Si le nom Dona Bernarda évoque un certain classicisme, LFE 900 ressemble plus à un nom de code et suggère quelque chose de plus moderne. Une chose est sûre, le vignoble d'où est issu ce vin est jeune, les vignes avaient cinq ans d'âge en 2008. Il s'agit aussi d'un projet aux visées qualitatives ambitieuses et qui pour moi se situe dans la mouvance que j'appelle le Nouveau-Chili. Les vignes de ce vignoble sont plantées à flanc de montagne, parfois en terrasses, et même au sommet à 900 mètres d'altitude, d'où le nom de la cuvée. Je joins un lien qui vaut vraiment la peine d'être consulté pour saisir l'essence de ce projet. On y voit des photos spectaculaires qui montrent bien l'ampleur et la beauté du projet. Pour ce qui est du vin à proprement parler, il s'agit d'un assemblage on ne peut plus original comprenant 36% de Petite Syrah (Durif), 30% de Cabernet Sauvignon, 24% de Syrah, 7% de Carmenère et 3% de Malbec. Le vin a été élevé 18 mois en barriques de chêne français neuves. Il a aussi été filtré et il titre à 14.5% d'alcool pour un pH de 3.60.

Sans surprise la robe est d'encre, impénétrable. Le nez lui, dès le premier abord, transpire la qualité et l'ambition. Il s'en dégage des arômes intenses et profonds de cerises et de groseille amalgamés à un aspect boisé/épicé bien présent et complétés par une touche chocolatée. C'est nez très riche, dominé pour le moment par les arômes que je viens de décrire, mais des notes fugaces se détachent ici et là en cours de dégustation et on sent qu'il y a un potentiel supplémentaire à révéler avec le temps. En bouche, c'est un vin avec beaucoup de matière qui se révèle. Cette matière généreuse est de très grande qualité, le vin est très concentré avec des saveurs très intenses qui sont un reflet fidèle des arômes perçus au nez. La relative douceur du fruit et de l'apport boisé est équilibré par une juste dose d'amertume. En milieu de bouche, encore une fois la richesse de la matière et le très haut niveau de concentration impressionnent. Le vin a du volume et de la rondeur, ainsi qu'une souplesse salvatrice qui lui permet de bien couler malgré la densité de sa matière. Les tanins sont bien présents avec une texture veloutée qui contribue à la souplesse déjà évoquée. En toute justesse, et pour rester dans l'esprit de ce vin, je dirais sans exagérer que la finale permet d'atteindre un sommet dans l'intensité gustative. Heureusement, l'harmonie est préservée avec beaucoup de longueur.

Moi qui aime dire mon admiration pour les vins de profils modérés, je dois l'avouer, j'ai été impressionné par la puissance maîtrisée de ce très jeune vin. C'est un nectar concentré qui en met plein les papilles à ce stade très précoce de son espérance de vie. En l'ouvrant je savais ce que je faisais. Je savais à quoi m'attendre, mais j'en ai eu plus qu'anticipé. Je l'ai ouvert par curiosité, pour apprendre, mais j'ai quand même obtenu ce plaisir spectaculaire que peuvent offrir les jeunes vins bien nés et ambitieux. Sur un aspect plus technique, ce vin est intéressant car il a été filtré tangentiellement sur membrane 0.65 microns. S'il est vrai que la filtration enlève de la matière essentielle au vin, je n'ose imaginer ce qu'une version non filtrée de ce vin aurait donné. Pour moi ce vin démontre plutôt qu'une filtration bien menée est bénéfique. J'ai eu la chance déjà de goûter plusieurs "grosses" cuvées chiliennes très chères, et je peux vous dire que ce LFE 900 n'a rien à leur envier. Ce vin tombe clairement dans la catégorie des super-cuvées très concentrées au boisé luxueux et qui en jeunesse ne font pas dans la dentelle. Je ne boirais pas ce type de jeunot ambitieux sur une base régulière car c'est un vin qui par sa nature est très demandant pour le dégustateur. Ce n'est pas le genre de vin qui se laisse boire tranquillement. Il a tellement de matière qu'il vous rappelle sa présence à chaque gorgée, mais en faisant cela, il vous rappelle aussi à chaque fois son haut niveau qualitatif et les promesses qu'il offre pour le futur. Certains producteurs chiliens commencent à s'éveiller au potentiel de garde de leurs vins. Sur la contre-étiquette de celui-ci, on parle d'une apogée dans quatre à six ans et un plateau optimal qui durera jusqu'en 2025. Personnellement, je doublerais ces chiffres sans aucune crainte. Si ce vin venait d'une appellation prestigieuse, je n'ose imaginer son prix. Toutefois, même dans le contexte chilien il s'agit d'une aubaine formidable. Il est du même niveau et style que des cuvées vendues deux ou trois fois son prix. Au lieu d'acheter un Clos Apalta à 111$, obtenez presque quatre bouteilles du même niveau à 30$ chacune. Si vous aimez les sensations fortes vous pouvez ouvrir dès maintenant, sinon c'est un vin de grande garde à un prix pratiquement imbattable. Les stocks de ce vin sont déjà très bas à la SAQ, ce n'est pas pour rien.

4 commentaires:

  1. J'ai terminé cette bouteille quatre jours après l'ouverture, le vin gardé dans la même bouteille remplie au tiers et il était toujours impeccable.

    Claude

    RépondreSupprimer
  2. J'ai viens de l'acheter c'est le première carton de ma petite cave ( je suis débutant dans la matière) mais mon message est de remerciement pour votre article. Merci et Muito Obrigado *en brésilien

    RépondreSupprimer
  3. Boujour Julinho,

    Il faut commencer quelque part. Content que cet article vous ait été utile. J'ai ouvert une bouteille du millésime 2011 de ce vin il y a quelque mois et que je n'avais alors pas eu le temps de commenter. Toujours très bon et un vin de longue garde.

    Claude

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir monsieur Claude,

    Merci de votre réponse et qui m'a fait un énorme plaisir, car c'était la dernière de 6 caisses que nous avons eu au magasin où je travaille et c'est aussi de 2011, alors je commence bien.

    Mes salutations,

    Julio

    RépondreSupprimer